État actuel des logiciels libres dans le secteur gouvernemental dans le monde III


 Amérique latine[i]

Dans les pays de l’Amérique Latine, on peut observer une grande tendance vers les logiciels libres en pays comme Equateur, Argentine, Cuba, Paraguay, Venezuela et Brésil, pa Dans le cas Latino-Américaine.  Un exemple de cette tendance, c’est la Charte latino-américaine du Gouvernement Electronique, signe en 2007, qui fixe le principe d’adéquation technologique à utiliser pour les administrations au moment de choisir les technologies pour  combler ses besoins, et il recommanda l’utilisation des standards ouverts et l’utilisation des logiciels libres pour motifs de sécurité et persistance à long terme. Le leader et le plus actif en l’utilisation et développement des logiciels libres est le Brésil.

Brésil

Brésil, considère les logiciels libres comme l’emblème de la société de l’information, avec l’objectif de orienter la planification stratégique sur les technologies de l’information, le gouvernement brésilien a utilisé et impulse les logiciels libres comme un outil important pour « democratiser et faire universel l’accès à l’information et les connaissances », les principaux avancements à ce sujet sont :

  • Création des entreprises de l’état comme SERPRO et EMBRAPA pour coordonner et génerer les actions de discussions et diffusion des logiciels libres, principalement en cherchant les cas de réussit pour sa réplication.
  • En avril 2000, a été expédié le décret présidentiel  pour la création d’une groupe de travail interinstitutionnel avec l’objectif de proposer politiques orientées à l’universalisation de l’accès aux services gouvernementaux.
  • En octobre 2000, est créé le Comite Exécutif du Gouvernement Electronique (CEGE), responsable de formuler les politiques et articulation des actions pour implanter l’administration électronique au Brésil.
  • En 2000, le CEGE présente le document « Politique de Gouvernement Electronique », où sont définis les politiques d’inclusion de ses citoyens, la diminution des coûts, l’amélioration de la gestion, la qualité des services publics, etc.
  • En 2003, le président Lula da Silva, finis le design d’une politique de recommandation de logiciel libre au lieu du propriétaire dans les nouveaux ordinateurs des ministères, agences de l’état et entreprises du gouvernement, avec la finalité de avoir des logiciels libres installés dans le 80% des nouveaux postes achetés en 2004.
  • Le Groupe Technique de Migration au logiciels libres, à élaboré la documentation de base (la guide du libre, Guide du cluster, plan de migration, méthodologie d’évaluation de distribution, etc.) pour implanter les plans de migration dans toutes les entités gouvernementaux.
  • Le 29 octobre 2003, arrive le décret qu’ordonne la création des Comités Techniques pour coordonner et articuler l’implantation de projets des logiciels libres et l’inclusion digital.
  • L’institut de Technologie de l’information, a été le chargé de coordonner la migration du gouvernement ver les logiciels libres.
  • En 2003, a été élaboré le Plan stratégique du Comité Technique d’implantation du Logiciels Libres dans le Gouvernement Brésilien. Cette stratégie, a été déclenchée dans cinq ministères.
  • En 2007, a été créé le Portail du Logiciel Public Brésilien, pour générer la collaboration entre les  utilisateurs et développeurs du libre.
  • Le Programme National de Technologie Educationnel, impulse l’utilisation pédagogique avec Linux Educationnel 3.0 Basée en Kubuntu 8.04 qui a en 2009 plus de 36 millions d’étudiants.
  • En 2003, a été déclenché le programme « Ordinateur pour Tous » pour la population plus défavorisé.

Argentine

En argentine, le gouvernement a élaboré des politiques neutre au sujet du logiciel, qui détermine l’utilisation du logiciel propriétaire jusqu’a le fin des contrats et après le gouvernement peut contracter avec des fournisseurs du propriétaire ou du logiciel libre selon de critères  qualité – prix.

Entre les principaux événements de l’Argentine sur le libre, on peut signaler les suivants :

  • L’ASLE (Ambitus du Logiciel Libre dans l’État), est le chargé du suivi et recollection d’information du libre.
  • En 2004, Le Bureau National de Technologies de l’Information et le Bureau d’Information National on annoncé la promotion de Linux dans l’administration publique.
  • En 2004, la Chambre Bas, de la province de Buenos Aires a approuvé un résolutif pour migrer au logiciel libre tous ses postes de travail.
  • En 2008, il a été proposé la loi pour obliger l’utilisation du logiciel libre dans l’administration publique.

Mexique

Il y a un projet à long terme (Programme pour le Développement de l’Industrie du Logiciel) proposé par le Ministère d’Économie de dix années (2003-2013), qui a comme objectif d’impulser l’industrie du logiciel libre, sa régulation et financement. Ce qu’a permis de garder une relation étroit avec l’association Mexicaine du Logiciel Libre.

Le plus important à remarquer pour le Mexique est:

  • À niveau locale, le gouvernement du District Fédéral a développé sa version Linux pour la Municipalité de Tlalpan.
  • Selon un Étude publié en 2009, 66% des fonctionnaires ont manifesté que les logiciels libres sont utilisés dans ses bureaux.
  • Le Système d’Internet de la Présidence de la République gère ses sites avec les logiciels libres, celui, est un des promoteurs du libre au gouvernement.
  • Dès 2005, il existe le portail gouvernemental Softwarelibre.gob.mx, chargé d’orienter et informer sur les logiciels libres au gouvernement.
  • Les deux plus grandes entreprises du Mexique, PEMEX (Petroleos Mexicanos) et CFE (Comision Federal de Electricidad) utilisent les logiciels libres dans plusieurs de ses activités.

 Venezuela

Venezuela avec le Brésil, sont les pays latino-américaines plus engages avec les logiciels libres

Entre les principaux actions vers le libre on peut citer :

  • En 2004, la publication du « Livre Jaune du Logiciel Libre : Utilisation et Développement du logiciel libre dans l’administration publique »
  • En 2004, est publié le décret 3390 sur l’utilisation du logiciel libre dans l’administration, qui avait comme propos, migrer vers le libre dans un délai de deux années.
  • Il a était créée l’Académie du Logiciel Libre, l’Usine du Logiciel.
  • En juillet 2005, il a été approuvé le Plan de Migration du Logiciel Libre, avec l’objectif de promouvoir prioritairement le logiciel libre au gouvernement.
  • Le Centre National des Technologies de l’Information(CNTI), prenne les demandes de l’état pour l’approvisionnement du logiciel et fait le lien avec les différents fournisseurs de l’état.
  • Le CNTI, en collaboration avec la communauté du Logiciel Libre du Venezuela et la communauté Debian, ont développé des outils totalement libre pour le gouvernement.

  Asie

L’Asie, est une des régions avec plus de différences entre les pays plus développés (Japon et la Corée du Sud) et les pays émergents (Chine, Inde, etc.).

 L’inde, occupe le premier poste en exportation de logiciels et services informatiques du monde, et sa industrie logiciel, représenta le 11% du PIB de ce pays.

Dans le développement du libre dans cette région, les leaders de la production de logiciels et équipements est l’Inde et la Chine.

Il y a plusieurs accords dans la région pour faire avancer le libre, comme le CJK, entre la Chine, la Corée et le Japon pour adapter les logiciels libres à ses langues locales.

Inde

Actuellement, Bangalore Valley, es un grand concourant au même hauteur du Silicon Valley américain.

Entre les principaux événements de l’Inde sur le libre, on peut signaler les suivants :

  • La promotion du gouvernement des initiatives vers le libre avec la création du Centre National de Ressources pour le Logiciel Libre.
  • L’Initiative Linux d’Inde, pour développer les centres de ressources du logiciel libre.

 

Chine

En Chine, le mouvement du logiciel libre, a était dirigé totalement pour le gouvernement, ainsi, le logiciel libre a tout l’appui du gouvernement, pour leur utilisation et développement, basé sur le scepticisme lié au logiciel propriétaire. Les principales actions vers le libre sont :

  • La régulation chinoise, oblige à la vente des ordinateurs avec les logiciels libres préinstallés et encourage la vente du logiciels faits en Chine à fin de réduire la dépendance des propriétés intellectuelles étrangères.
  • Le principal fournisseur du Linux est Red Flag Linux, entreprise fondée en 1999, dont le deuxième principal actionnaire est le gouvernement, cette entreprise est qui impulse le projet Asianux, avec Miracle Linux en Japon et HaanSoft en Corée, actuellement, est commercialisé la version Asianux 2.0.
  • Le gouvernement chinois, avait comme objectif d’avoir migré à en 2010, le 100% de ses agences gouvernementales.

 Corée du Sud

  • En 2002, le gouvernement avait annoncé leur projet de migration de 120 000 postes de travail (23% du total) de  Microsoft  à HanCom Linux Deluxe dans les agences gouvernementales et universités.
  • En 2004, ils ont annonce 1000 projets de migration a linux dans les gouvernements locaux comme part d’une stratégie de migration générale.
  • La stratégie du gouvernement est de diminuer la dépendance des fournisseurs du logiciels propriétaires et impulser leur industrie locale.

 

Japon

  • En 2003, le Japon a signé un accord de collaboration avec la Chine et la Corée pour développer et promouvoir les logiciels libres.
  • En 2003, le gouvernement japonais, a annoncé qu’il a choisi la proposition de Fujitsu, IBM Japan et Oki Electric Industry Co d’utiliser Linux pour gérer la paie et les données de ses 800 000 employés.
  • Autre initiative a été l’accord du gouvernement avec Oracle, NEC, IBM, HP, Hitachi et Dell pour développer les ordinateurs basés sur Linux.

 Océanie

L’Océanie,  est une des régions la plus meilleur positionné pour son dégrée d’avancement en l’utilisation de logiciels libres. Dont l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont les pays plus avancés dans le monde des technologies de l’information et communications. Situation qu’a permise qu’elle soit une des régions que apporte plus au développement des logiciels libres.

Australie

L’Australie, est un des pays leader dans l’activité des logiciels libres au niveau international. En 2005, le Bureau de Gestion d’Information du Gouvernement(AGIMO), a approuvé le document qui détermine  que les agences doivent décider par elles mêmes sur l’utilisation des logiciels libres, basées sur de critères standard et la relation qualité-prix.

  •  Le gouvernement a publié aussi, la guide des logiciels libres pour l’administration publique, à fin de renforcer sa position respect des logiciels libres.
  • À la fin de 2007, l’AGIMO, a organisé le séminaire « Logiciels libres dans l’administration publique : Innovation et expériences ».
  • À niveau régionale, il y a plusieurs exemples de l’utilisation des logiciels libres au gouvernement, comme dans l’État de New South Wales, Victoria, etc.

 Nouvelle Zélande

En 2003, le gouvernement a approuvé le document qui détermine  que les agences doivent décider par elles mêmes sur l’utilisation des logiciels libres, basées sur de critères standard et la relation qualité-prix.

  • La Commission de Services Provinciales, en collaboration avec la New Zélande Open Source Society, a élaboré la guide pour évaluer et diminuer les risques dérivés de l’utilisation du logiciel libre.
  • En 2005, le gouvernement, signe l’accord avec Novell pour permettre à ses agences avoir accès aux logiciels libres SuSe et Open Office dans ses postes de travail.
  • Récemment, la Commission de  Services de l’État, a accepté de libérer les codes du portail du gouvernement sur la licence GPL.

 Afrique

La situation économique précaire de cette région, empêche de destiner les ressources pour le développement des technologies d’information et Communications, malgré tout, les logiciels libres, peuvent  aider à cette région.

La communauté du logiciel libre de la région, est peu compacte.

Afrique du Sud

Comme dans plusieurs pays, c’est le gouvernement le plus grand client des logiciels libres, et les achats du gouvernement, représente le 70% des dépenses en Technologies de l’information et Communications du pays.

  • Afrique du Sud, est le premier pays africain en élaborer les politiques pour promouvoir l’utilisation des logiciels libres dans le pays. En 2001, il est déclenche le débat sur l’utilisation des standards ouverts et les logiciels libres dans le gouvernement.
  • En 2003, le Département de Science et Technologie, a encourage la création du Centre Open Source, qui a comme objectif, la promotion et utilisation des logiciels libres dans le gouvernement et dans le secteur éducatif.
  • En 2006, dans la loi sur le logiciel libre, dicté les aspects pour faire la promotion active et fait la déclaration de la préférence du libre sur le propriétaire, et indique que le gouvernement doive utiliser le logiciel libre, à mois que le logiciel propriétaire soit plus supérieur.

 

Finalement, il est important remarquer que ce résume, représente seulement quelques avancements importants faits par tout dans le monde pour évoluer les logiciels libres et on peut noter aussi que ce processus a pris dans certains cas beaucoup du temps quand la position du gouvernement n’est pas claire sur les logiciels libres comme dans le cas canadienne ou québécois, où il n’y a que de petits efforts disséminés par tout les ministères, ce qui fait que le Canada et le Québec soient en retard dans un thème tellement important, dès le point de vue technologie, économique et social.


[i] “Informe sobre el panorama internacional del Software de Fuentes Abiertas. 2010”, Centro Nacional de Referencia de Aplicación de las TIC basadas en fuentes abiertas, septembre 2010, URL: http://web.cenatic.es/web/index.php?option=com_content&view=article&id=39154

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour État actuel des logiciels libres dans le secteur gouvernemental dans le monde III

  1. Charles Picard dit :

    Très bon billet, je vous invite à aller voir une étude réalisée par le Georgia Tech Institute pour le compte de la compagnie Red Hat: « Where is Open Source« . Cela donne, entre autres, un aperçu du rang des pays (de leur gouvernement, de l’industrie et de la communauté) en ce qui a trait à l’activité du logiciel libre. Je crois que c’est un bon complément à votre billet.

    • Graciano dit :

      Bonjour Charles,

      Je vais lire l’article et je crois que les logiciels libres sont une bonne option pour faire mois dépendante technologiquement un pays

      A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s