Le PQ en faveur du logiciel libre


 Dernièrement, nous avons appris que le Parti québécois (PQ) a plaidé en faveur du logiciel libre au sein du gouvernement du Québec[1]. En effet, selon ce parti, le gouvernement est en train de perdre beaucoup d’argent en ne prenant pas en compte les possibilités que peuvent offrir les logiciels libres.

Ce dossier a été monté par Mme Marie Malavoy et M. Sylvain Simard qui occupent respectivement les postes de porte parole en matière d’enseignement supérieur et de recherche et porte parole en matière de Conseil du trésor, de fonction publique et de services gouvernementaux.

Même s’il y a beaucoup d’enjeux politiques qui visent à attaquer le parti libéral dans ce dossier et gagner des voix sur le terrain électoral, ce qui nous intéresse comme défenseurs de l’usage des logiciels libres dans ce cas est le fait que cette question prend de plus en plus d’importance et gagne de la notoriété au sein du gouvernement et des différents ministères et organismes publics.

Depuis des années, on remarque une dépendance des entités gouvernementales envers les logiciels propriétaires et il a fallu attendre jusqu’en 2010, et suite à une décision judiciaire, pour forcer le gouvernement à prendre en considération les logiciels libres lors des appels d’offres, ce qu’on peut considérer comme une avancée assez importante.

Ici, je voudrais introduire notre responsabilité en tant qu’électeurs et citoyen. On voit bien que si un parti trouve un sujet grâce auquel il peut attaquer un autre parti, il le fera sans aucune hésitation. Donc, c’est à nous maintenant comme défenseurs de ces logiciels et électeurs de faire savoir notre avis sur le sujet et d’encourager les partis à débattre là-dessus. En effet, il faut se convaincre que nous avons un réel pouvoir sur cette question et que si chacun d’entre nous fait l’effort nécessaire pour en parler et faire passer le message aux différents partis en leurs faisant comprendre que c’est la volonté d’une grande partie de la population, ils vont sûrement adopter le dossier et en débattre longuement. Ceci sera certainement bénéfique pour la cause des logiciels libres et on verra sûrement maintes décisions qui seront prises pour encourager son utilisation dans différentes entités administratives et publiques.

À nous de jouer !!!

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le PQ en faveur du logiciel libre

  1. daniel guerra dit :

    C’est très interéssant surtout parce que c’est notre argent qui est utilisée pour l’achat des logiciels.

    Comme M. Benjelloun l’a dit dans sa présentation, le logiciel libre n’est pas gratuit, pourtant il coût beaucoup moins que le logiciel propriétaire.

    • Graciano dit :

      C’est vrai!, par contre, il faut penser que dans le cas des logiciels libres, une bonne politique gouvernementale, peut-être d’encourager les fournisseurs locaux, pour se développer, ainsi, ils seront de coûts que vont revenir comme emplois locaux au lieu de laisser partir l’argent de nous impôts pour créer plus d’emplois à l’extérieur!

  2. christiandaigle dit :

    À long terme, c’est évident que le gouvernement serait gagnant à changer vers les logiciels libre. Par contre, il ne faut pas oublier que l’intégration de ces logiciels emmènerait des coûts importants à court terme (formation, coûts techniques, etc.). Néanmoins, bien que je n’appuie pas le PQ pour plusieurs raisons, je trouve que c’est une démarche intéressante et nous nous devons de prendre cela au sérieux!

    • marouanejlaiel dit :

      Bonjour Christian,

      Je ne crois pas que l’intégration des logiciels libres coûtera cher. Aujourd’hui la grande majorité de ces logiciels sont facilement compatibles et intégrables avec les autres systèmes et on n’a pas besoin d’investissements importants pour les implanter. Ceci a été affirmé par M. Benjalloun qui a déjà implanté un système de recherche au sein du gouvernement et toute l’implantation avec tous ses frais a coûté le dixième de ce qu’elle aurait pu coûté s’ils avaient choisi d’implanter un logiciel propriétaire.

  3. Pier-Yves Poulin dit :

    L’implantation coûtera chère au divers ministère qui changeront de système pour des plateforme soutenu par des logiciel libres. Surtout au niveau des RH. C’est certain qu’avec les milliers d’utilisateur(employés du gouvernement), il y aura une forte résistance au changement que le gouvernement se devra de contré. Un plan de formation massif devra être élaborer. Même chose au niveau des professionnels en T.I. qui devront renouveler leur connaissance.

    N’étant pas fan du PQ habituellement, je suis cependant très heureux de voir qu’un parti du gouvernement soulève enfin la question. Et je crois que cette option pourrait faire sauver beaucoup au contribuable québécois en partageant les licences et service de soutient entre ministère. Comme l’expliquait le professeur dernièrement, les logiciels propriétaire exige souvent à chaque ministère d’avoir leur propre licence du logiciel, et certain même sont chargé par utilisateur. Les logiciels libres auraient donc un grand avantage à ce niveau !

    • Exactement Pier-Yves, je travaille au gouvernement et effectivement certaines licences sont payées par utilisateur. Imaginons ce que ça coûte ce genre de licences pour le contribuable afin de donner l’accès à des milliers de fonctionnaires et imaginons les économies que le gouvernement pourra réaliser s’il bascule vers des solutions axées sur les logiciels libres.

  4. Je suis bien d’accord qu’il est de notre responsabilité de citoyen de faire les pressions et employer le discours adéquat afin que l’option libre soit intégrée à nos institutions publiques. À cet effet, je suggèrerais que soit adressée à l’Assemblée nationale une pétition, à la manière de celle aujourd’hui très célèbre visant à obtenir la démission du PM Charest. Je lance donc l’idée. Si quelqu’un y trouve le temps, je la signerai sans retenue et la ferai circuler à tout mon réseau.

    Samuel Proulx Lemire
    « Logiciel libre, une option de liberté »

    • marouanejlaiel dit :

      Bonjour Samuel,

      Je trouve que ton idée est très bonne. Il faudra combien de signatures pour que ce soit pris en compte ? Et est-ce que toutes les pétitions peuvent se trouver en assemblée générale ?
      Sinon s’il y a d autres personnes qui ont de l information, merci de la partager.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s